• katerinazekopoulos

B comme "boomer"

Inoxydables, les Baby boomers ? Si la pandémie du Covid-19 les a frappés en plein cœur, elle a aussi rappelé à quel point les "vieux" d’aujourd’hui diffèrent de ceux d’hier. En parallèle de leur avancée en âge, les bien nommés boomers dessinent, lentement mais sûrement, les contours d’une vieillesse réinventée.

Sticker ok boomer
Ok boomer... mais pas ko

Qui a peur des baby boomers ? Nés à partir de 1946 à l’issue de la deuxième guerre mondiale, les "beaux bébés" comme les a nommés le général de Gaulle, forment une génération caractérisée par 4 "P" : paix, prospérité, "quasi-plein-emploi" et progrès. Une génération perçue par certains comme bénie et donc parfois haïe par une jeunesse en quête des "P" perdus, les "Millennials" en premier lieu. Marqués par les événements de Mai 68, les baby boomers ont vu l’invention de la figure du "jeune", l’avènement d’une culture jeune et d’un culte de la jeunesse dont nous avons hérité, loin des valeurs traditionnelles associées à la société d’avant, quand "ruralité" rimait avec "frugalité".

Alors qu’ils ont inventé la jeunesse, voilà que les baby boomers sont en passe de devenir vieux et de dynamiter cette catégorie… aussi. En 2006, les premiers baby boomers atteignent l’âge symbolique des 60 ans et commencent à partir à la retraite : le papy boom est en marche. Selon les prévisions de l’INSEE, à horizon 2035, des milliers de personnes âgées vont naître, occasionnant une accélération du vieillissement démographique au fur et à mesure de l’avancée en âge de la génération de l’après-guerre, avant un ralentissement de ce phénomène à partir de 2035-2040.

Ni vieux ni soumis


Bien qu’en passe de devenir vieux, les baby boomers ne se reconnaissent pas, en tous cas pas encore comme tels. Eux qui ont bénéficié d’un formidable allongement de la durée de la vie et ont vécu leur jeunesse à l’ombre des 4 "P", eux qu’on croyait invincibles, "inoxydables", ont dû faire face en 2020 à leur "premier vrai ennemi". Nous savons ainsi que parmi les personnes décédées du Covid-19, l’écrasante majorité est âgée de 65 ans et plus.

Émus de voir les vieux mourir, les politiques (@EmmanuelMacron, @UrsulaVonDerLeyen) ont réagi en les invitant à bien se conduire, quitte à les tenir à l’écart du déconfinement progressif annoncé pour la majorité de la population. Mais c’était sans compter l’esprit frondeur des seniors, bien décidés à ne pas se laisser dérober leur autonomie ni leur liberté. Alertes, coups de gueule, pétition… à l’annonce d’un confinement prolongé pour « protéger » les citoyens les plus âgés, les réactions se sont multipliées pour dénoncer le caractère discriminant de telles mesures. "NON À LA SORTIE PLUS TARDIVE DU CONFINEMENT POUR LES SENIORS !" se sont écriés de concert près de 86 000 signataires dans une pétition.


Comme le rappelle un article sur la figure du senior dans les médias et le discours publicitaire : "les seniors sont allergiques à tout confinement", au sens propre comme au figuré. Gare à ceux qui ghettoïsent les vieux ! L’expérience traumatique du Covid-19 en témoigne. Alors que nous avons eu collectivement la tentation de réduire nos aînés à leur âge en les assignant à résidence (#restezchezvous en attendant d’y rester ?) et en plaquant sur eux les attributs d’une vieillesse caricaturale, synonyme de fragilité, leur appel à la liberté individuelle et au principe de responsabilité a contribué à nous renvoyer le reflet déformé de nos représentations stéréotypées.


Quel avenir de la vieillesse les baby-boomers vont-ils dessiner ? Une vieillesse jeuniste, augmentée des innovations technologiques d’une Silver économie pleine de solutions pour bien, mieux / bien mieux vieillir ? Une vieillesse botoxée, anti-rides, anti-âge, anti-vieux ? Ou une vieillesse assumée, libérée de l’impératif jeuniste et de la nécessité d’avoir l’air encore et toujours jeune quel que soit son âge ?


Avis aux commentaires et témoignages. Quel que soit votre âge ;)

Posts récents

Voir tout