top of page
  • Photo du rédacteurkaterina

Madonna aux Grammy Awards : et si on en parlait ?

Dernière mise à jour : 2 juin

L’avalanche de réactions provoquées par l’intervention de Madonna à la 65ème cérémonie des Grammy Awards dimanche 5 février, met un coup de projecteur sur le cocktail détonnant d’âgisme et de misogynie cristallisés par celle qui célèbre cette année ses 40 ans de carrière. Coup de gueule.


Madonna
Madonna au Blond Ambition World Tour

Il y a celles et ceux qui se surprennent, voire s’indignent : Madonna, reine de la pop, transformée, déformée par la chirurgie esthétique. Scandale ! Pas touche à mon icône !


Celles et ceux qui regrettent de voir cette femme aux titres culte à leurs yeux abîmée, quasi méconnaissable tant ses trait sont tirés et son visage gonflé.


Il y a celles et ceux qui acclament l’éternelle rebelle. Qui saluent sa liberté, son esprit transgressif et provocant encore aujourd’hui, après pas moins de 40 ans de carrière.


Ceux qui avec elle, entonneraient bien "Vous ne briserez pas mon âme", en référence au titre d’une autre reine : Beyoncé, aka Queen B, qui à l’occasion de la même cérémonie organisée dimanche dernier à Los Angeles, en Californie, est devenue l’artiste la plus couronnée de l'histoire des récompenses de la musique américaine, cumulant 32 trophées à son palmarès.


Sexisme ordinaire


Il y a aussi celles et ceux qui déplorent le fait qu’encore une fois, en 2023, on ne trouve rien de mieux à faire que de commenter le corps et l’apparence d’une femme. Pire encore, qu’on se sente à l’aise de juger ce qu’une femme fait de son corps et choisit pour elle-même. Laissons Madonna et plus globalement les femmes quel que soit leur âge, leur statut social, leur couleur de peau… tranquilles ! [1]


La madone le déplore d’ailleurs dans un post diffusé sur son compte Instagram, en réaction aux critiques sur son physique, que je ne relaierai pas ici :


"Au lieu d’écouter mon discours, qui rendait hommage au courage d’artistes tels que Sam [Smith] et Kim [Petras], beaucoup ont choisi de ne parler que des photos de moi en gros plan, prises avec un appareil à longue focale par un paparazzi qui déformerait le visage de n’importe qui". [2]

Âgisme & bistouri


Il y a celles et ceux qui regrettent le message paradoxalement âgiste véhiculé par la star aux millions d’abonnés. Beaucoup soulignent l’incohérence qui consiste à regretter d’être la cible de l’âgisme tout en recourant à la chirurgie esthétique pour effacer les signes du temps. Toujours sur Instagram, Madonna déclare :

"Une fois de plus, je suis exposée à l’âgisme et à la misogynie qui imprègnent le monde dans lequel nous vivons. Un monde qui refuse de célébrer les femmes après 45 ans et qui éprouve le besoin de les punir si elles continuent à travailler dur, à faire preuve d’audace et de volonté".

Madonna post Instagram Grammy

Loin de moi l’idée de vous dire quoi penser ni de prendre parti pour l'un ou l'autre de ces camps. En revanche, je retiens de ce buzz plusieurs idées. Deux surtout.


D’abord, ce débat donne à mon sens raison à Madonna, quand dans son discours introductif aux Grammys elle rend hommage à "tous les rebelles qui ouvrent de nouvelles voies", à ces "fauteurs de troubles" dont "l’intrépidité ne passe pas inaperçue. "Vous êtes vus, vous êtes entendus et surtout, vous êtes appréciés", ajoute-t-elle en signe de reconnaissance.



Qu’on apprécie ou pas les choix et le style de Madonna, force est de constater qu’elle est loin de passer inaperçue et qu’elle continue à faire parler d’elle du haut de ses 64 ans.

Au-delà du bad buzz, la longévité artistique et professionnelle de Madonna a de quoi impressionner. Le temps ne fait rien à l’affaire : quand on est puissante, transgressive et entreprenante, on l’est jusqu’au bout ! En tous cas, c’est le cas de Madonna et pour ça, je dis chapeau.


Ensuite, je suis interpelée par le malaise voire la virulence palpable dans les propos de celles ou ceux qui s’étonnent de son incohérence. Comment peut-on critiquer l’âgisme tout en maquillant ses rides à coups de bistouri, se demandent-ils ? Je comprends ces interrogations et les partage en partie. Mais parce qu’elle est une célébrité, une milliardaire, success woman par excellence, parce que son nom résonne aux quatre coins de la planète, Madonna ne serait-elle pas autorisée à être ambivalente, tout simplement humaine ?


Injonctions contradictoires


Après tout, la star n’est-elle pas aussi une femme comme les autres, potentiellement aux prises avec les injonctions contradictoires habituelles dont nous faisons l’objet ("assume-toi mais pas trop", "reste jeune mais pas trop sinon ça va se voir", etc.) ?


Certes, je souhaite évoluer dans un environnement où les femmes pourraient vivre plus sereinement leur avancée en âge. Et plus largement, se sentir bien dans leur corps et leur vie sans avoir besoin de recourir ni à la chirurgie esthétique, ni à des produits anti-âge, pro-âge, slow-age. C’est d’ailleurs la raison d’être de ce blog. Mais dans la mesure où l’âgisme existe, qui suis-je pour juger les choix et les éventuelles ambivalences d’une autre femme, même si c'est la légendaire Madonna ?


Avis à vos commentaires et témoignages, quel que soit votre âge ! Pour poursuivre la conversation, rendez-vous sur Instagram : @Coupdevieilles.



Sources & références :


[1] "Et si on fichait la paix à Madonna ?", Libération. https://www.liberation.fr/lifestyle/et-si-on-fichait-la-paix-a-madonna-20230209_I3P4VNLZCBBOLE3ZDEMYCHP5BM [Consulté le 09/02/2023].


[2] Emily Kitkpatrick, "Pour Madonna, les critiques sur son apparence sont 'âgistes et sexistes'", Vanity Fair. https://www.vanityfair.fr/people/article/pour-madonna-les-critiques-sur-son-apparence-sont-agistes-et-sexistes [Consulté le 09/02/2023].


[3] Madonna, critiquée aux Grammy Awards, cite Beyoncé pour répondre aux attaques, Huffington Post. https://www.huffingtonpost.fr/people/article/madonna-critiquee-aux-grammy-awards-cite-beyonce-pour-repondre-aux-attaques_213807.html [Consulté le 09/02/2023].


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page