top of page
  • Photo du rédacteurkaterina

Tout ce que vous devez savoir sur l’andropause, ou le mythe de "l’homme dur"

Dernière mise à jour : 3 mars

Vous connaissiez la ménopause ? Reconnaissez que l’andropause vous parle moins. C’est normal : sujet encore tabou, l’andropause gagne pourtant à être connue ou du moins, mieux comprise. Journaliste, autrice et rédactrice dans la communication, Anne-Cécile S. Michelet lui consacre un livre aux éditions Leduc : "Tout ce que vous devez savoir sur l’andropause (mais que vous n’osez pas demander)". Attention, coup de cœur testostéroné !


Credits : Jesús Boscán sur Unsplash

C’est l’histoire d'une femme qui s’est penchée sur un sujet encore tabou et en a fait un livre : "Tout ce que vous devez savoir sur l’andropause (mais que vous n’osez pas demander)", publié en mars aux Editions Leduc. Et ça vaut le détour !


Le livre commence par nous plonger dans ce tabou, souvent décrit comme la version féminine de la ménopause. La féministe en moi exulte : halleluijah, le corps des hommes vieillirait donc aussi ?


Mais le parallèle entre ménopause et andropause s’arrête là. Comme on l’apprend au fil des pages, nous ne sommes pas logés à la même enseigne. Mais alors, pas du tout ! Car si la ménopause concerne 100% des femmes, l’andropause elle, n’est pas systématique.



Combien d’hommes vivent cette expérience ? Difficile à dire. L’Association Française d’Urologie avance que 10% à 20 % des hommes après 50 ans et jusqu’à 50% après 70 ans sont concernés par le "déficit androgénique lié à l’âge" ou "DALA", le terme médical utilisé pour désigner l’andropause. Mais de quoi s’agit-il ?


Ménostop vs. andropause


Littéralement, andropause signifie "cesser d’être un homme". Pour une femme, le terme ménopause a un sens différent : il veut littéralement dire "fin, arrêt des règles"… et donc de la fécondité. L’identité masculine serait-elle soluble dans la fonction érectile ?


Pour les femmes, l’arrêt est plus brutal : la ménopause intervient généralement entre 45 et 55 ans selon l’OMS, alors que l’andropause peut s’étendre sur la durée. Les symptômes de l’andropause, explique Anne-Cécile S. Michelet, "peuvent mettre plus de 30 années à devenir vraiment flagrants". Imaginez, 30 ans ! Pas étonnant que l’andropause fasse moins parler d’elle que la ménopause.


Psychanalyste et auteure du livre "Il n’y a pas d’âge pour jouir !" (Larousse), Catherine Grangeard propose d’ailleurs de remplacer "ménopause" par "ménostop" pour insister sur le caractère définitif de cette évolution, à la différence de l’andropause. "On ne peut pas parler d’androstop", souligne-t-elle.


Erection, testostérone & cie


Comment se manifeste l’andropause ? Parmi les symptômes, vous l’avez deviné : la débandade ! Plus précisément, la dysfonction érectile, "DE" pour les intimes. Du point de vue médical, la DE est définie comme une "incapacité à obtenir et/ou maintenir une érection suffisante pour l’accomplissement d’un rapport sexuel". Mais attention, prévient Anne-Cécile S. Michelet : on peut avoir des troubles d’érection sans que ce soit lié à l’andropause ni à une baisse de testostérone, l’hormone mâle par excellence.


Des problèmes vasculaires liés au manque d’exercice physique ou à une consommation excessive d’alcool par exemple, peuvent avoir un impact sur l’érection. Préfacé par le médecin Réginald Allouche, le livre ne manque d’ailleurs pas de revenir sur les bases d’une bonne hygiène de vie, au cœur de la prévention santé. Mais revenons à nos moutons.


Le livre d’Anne-Cécile S. Michelet vient s’ajouter à la liste encore maigre des livres qui nous aident à comprendre l’andropause !

Ça ne vous a pas échappé : l’andropause ne fait pas autant parler d’elle que la ménopause. Un article de la professeure de sociologie et d'anthropologie Virginie Vinel insiste sur cet écart : alors que la ménopause fait l’objet de plus de 300 thèses françaises, depuis 1983, 4 thèses seulement ont été consacrées à l’andropause !


Si on regarde du côté des livres, même constat : on compte "6 ouvrages sur les hommes autour de 50 ans depuis la fin des années 1980 en France, contre une centaine sur la ménopause". Certes, l'article de Virginie Vinel date de 2004 : il y a donc dû avoir une évolution depuis. Pour autant, ces chiffres donnent une idée de la différence de traitement entre la ménopause et l'andropause. Heureusement, le livre d’Anne-Cécile S. Michelet vient s’ajouter à la liste encore maigre des livres qui nous aident à comprendre l’andropause !


Identités et sexualité


Loin de se contenter d’explorer l’andropause, l’auteure utilise ce sujet comme un point de départ pour en aborder un autre : celui de l’identité masculine. De même que la ménopause tend à fragiliser l’image de la femme féconde et désirable, l’andropause viendrait fragiliser celle de l’homme fort, dont la virilité supposée dépendrait de sa capaciter à être "dur".


Etienne, un des hommes invités à témoigner dans le livre partage d’ailleurs ceci :


"Il va de soi pour tout le monde qu’un mec doit savoir se battre, bander, éjaculer, faire crier la femme de plaisir, parce que c’est ce que véhicule le porno et c’est avec ça qu’on a construit notre éducation sexuelle".

Dès lors, la question n’est plus tant de savoir comment éviter l’andropause mais plutôt, comment l’envisager pour qu’elle ne soit pas vécue comme une "androstop", c’est-à-dire comme une déflagration pour quiconque fait sienne cette image de l’homme dur, aussi stéréotypée soit-elle.


Et si l’andropause était une opportunité pour se libérer du diktat de l’homme viril ? Pour questionner l’association entre masculinité, puissance, force et érection ? C’est d’ailleurs la magie d’un livre qui commence par parler d’andropause… pour vous emmener sur le terrain des représentations, des imaginaires et de la sexualité. Une sexualité exploratoire, fondée sur un dialogue avec l’autre, sur une (re)découverte des corps, sur d’autres formes de plaisirs et de pratiques comme le Tantra.


Hommes qui tremblez à l’idée de vieillir, femmes et hommes qui craignez de voir votre partenaire masculin bander mou : rassurez-vous ! Le livre est riche en solutions. Quels que soient votre âge, votre genre, votre orientation sexuelle... vous sortirez de cette lecture plein.e d’espoir et d’envies ! Et si vous avez envie d'écouter Anne-Cécile parler de son livre, ça se passe ici.


Avis à vos commentaires et témoignages, quel que soit votre âge :)

Comentários


bottom of page